Préfaces signées Brieg Haslé-Le Gall


Gabrielle B. Livre I : Le Guerrier aveugle

© Robet / EP Éditions 2005
© Robet / EP Éditions 2005

Une bande dessinée

d'Alain Robet & Dominique Robet


Préface Les hasards de l'amitié

signée Brieg Haslé

 

EP Éditions

Avril 2005



Instigateur de la rencontre entre les auteurs et l'éditeur Emmanuel Proust, Brieg Haslé s'est vu offrir le privilège de signer la préface du Livre I : Le Guerrier aveugle, premier chapitre de la série Gabrielle B. qui fut officiellement lancée dans le cadre du 21e Festival Livre & Mer à Concarneau en avril 2005. La voici :


Les hasards de l’amitié

 

Inévitablement, mon jeune chemin de journaliste BD devait un jour croiser celui d’Alain Robet. Drôle de hasard ou évidente coïncidence ? Bonne question. La seule raison que je puisse y apporter est celle de l’amitié. Celle de Brest aussi, le port qui nous a vu naître…

 

En vue d’une future exposition, quel n’a pas été mon bonheur de découvrir, dans les recoins de l’atelier d’Alain, en plus des trésors imaginés, les planches d’une aventure totalement inédite ! Dans un enchevêtrement étrangement classé, planches, papiers dessinés et dessins oubliés s’y laissent manipuler par le visiteur chanceux et curieux…

 

Sans hésiter, je programme alors expositions et invitations. Notre dessinateur méritait bien cela. Mais, à mon goût, cela ne suffit pas. Voilà que je tente de le persuader : sa plus belle désillusion professionnelle sera son plus beau succès d’édition ! Rapidement, grâce à Emmanuel Proust, complice de l’aventure, Gabrielle B., après huit années de somnolence, prend enfin la mer…

 

Cette belle histoire, subtilement bien écrite par la délicate Dominique Robet, l’épouse d’un dessinateur qui refuse toutes formes de compliments, méritait enfin de s’offrir aux lecteurs férus d’aventures romanesques et maritimes. Car c’est bien de cela dont il est question dans Le Guerrier aveugle, premier tome des passionnantes aventures de la fougueuse Gabrielle, une très séduisante héroïne qui devrait, j’en suis intimement convaincu, ravir votre imaginaire.

Brieg Haslé

Journaliste bande dessinée

Vice-président du Festival Livre & Mer


Les Nouveaux Tsars T4 : Révolution, révolution (éd. luxe)

© Delitte / Glénat 2007
© Delitte / Glénat 2007

Tirage de luxe du tome 4

de la série Les Nouveaux Tsars

de Jean-Yves Delitte

 

Préface Jean-Yves Delitte. De l'histoire

au rêve en passant par le design

signée Brieg Haslé

 

Éditions Glénat

Avril 2007



Les Tuniques bleues T40 & T41 (tirage limité)

Les Hommes de paille & Les Bleus en cavale

© Lambil - Cauvin / Dupuis 2013
© Lambil - Cauvin / Dupuis 2013

Tirage limité des tomes 40 & 41

de la série Les Tuniques bleues

de Raoul Cauvin & Willy Lambil

 

Préface Deux albums passés à la loupe

signée Brieg Haslé-Le Gall 

 

Éditions Dupuis

Novembre 2013



Astérix. L'univers à colorier

© Albert-René / Hachette Livre 2015
© Albert-René / Hachette Livre 2015

Un livre à colorier

 

Préface Astérix et compagnie

signée Brieg Haslé-Le Gall

 

Éditions Hachette Livre

Octobre 2015 



Mickey & Friends. Tout l'univers à colorier

© Disney Enterprises INC / Hachette Livre 2016
© Disney Enterprises INC / Hachette Livre 2016

Un livre à colorier

 

Préface Mickey & Friends

signée Brieg Haslé-Le Gall

 

Éditions Hachette Livre

Janvier 2016



Armen 43

© Briac / Locus Solus 2020
© Briac / Locus Solus 2020

Une bande dessinée de Briac

 

Préface De la renaissance

d'un chef-d'oeuvre bédessiné 

signée Brieg Haslé-Le Gall

 

Éditions Locus Solus

Septembre 2020



De la renaissance d’un chef-d’œuvre bédessiné

 

Nul doute que vous connaissiez, au moins de réputation, le phare d’Ar-Men, érigé entre 1867 et 1881 sur un minuscule rocher situé en pleine chaussée de Sein, non loin du raz du même nom, l’un des « enfers » des côtes de Bretagne, tant la vie y était rude et difficile pour ses gardiens prisonniers. Petit rappel pour les néophytes : un « Paradis » est un phare à terre où le gardien pouvait vivre avec femme et enfants, un « Purgatoire » est un phare sur une île où étaient nommés d’anciens gardiens de phares en mer, et un « Enfer » est un phare perdu au milieu des flots déchaînés où l’administration parisienne des Phares & Balises cantonnait sans discernement ses jeunes recrues. Parmi ces lieux infernaux, battus par les marées, les bourrasques et les éléments climatiques, citons les plus célèbres d’entre eux en Bretagne : La Jument et Kéréon entre Molène et Ouessant, Ar-Men et La Vieille dans le raz de Sein, ou encore Le Four et Les Pierres-Noires. 

 

Ar-Men, le phare mythique, a été transcendé par les écrits du plus prestigieux de ses anciens gardiens, Jean-Pierre Abraham (1936-2003), et poétiquement évoqué en 2004 par le délicieux Trois éclats blancs d’un autre Breton de talent, parti beaucoup trop tôt par-delà les mers, l’ami Bruno Le Floc’h (1957-2012). Ar-Men est un lieu propice à l’imagination des créateurs, comme en atteste l’album Ar-Men, l’enfer des enfers signé par le talentueux Emmanuel Lepage en 2017. 

 

Mais notre action débute ici en 2008. Surprise éditoriale de la rentrée de septembre cette année-là : un certain Briac, ancien étudiant de l’École des beaux-arts de Brest, publie une bande dessinée sobrement titrée Armen. Pour son tout premier album bédessiné, le dessinateur-scénariste nous conte la tranche de vie d’un gardien de phare en 1943, durant l’occupation de la Bretagne par les troupes allemandes au cours de la Seconde Guerre mondiale. Contraint de vivre et, donc, de supporter le lieutenant Kloetz, officier du Troisième Reich, et ses imbéciles de subalternes, le peu loquace Paul-Marie Fanchec va assister, dans un grand fracas d’écume et de vent, à la bérézina de l’armée teutonne… Développé autour des rapports ténus et tendus entre l’officier germanique et le gardien de phare breton, le récit, tout en tensions psychologiques, narre la rencontre de deux êtres qui n’auraient jamais dû se connaître…

 

Lors de sa première parution, ce surprenant huis-clos nous avait offert le plaisir de découvrir le trait fort et expressif de Briac. Nous l’écrivions à l’époque via une chronique littéraire : « Briac est un dessinateur qui possède ce petit quelque chose qui nous fait penser qu’il devrait nous étonner dans les prochaines années. C’est beau, c’est maîtrisé, c’est réussi ! » Indéniablement, ayant depuis tracé son parcours d’auteur, souvent en solo, parfois accompagné d’étonnants complices tel l’inclassable scénariste-compositeur-romancier Arnaud Le Gouëfflec avec qui il a conçu l’envoûtant et onirique polar brestois La Nuit Mac Orlan et le somptueux roman graphique Méridien, Briac signait avec Armen sa plus belle entrée dans le monde du 9e art breton et maritime. 

 

Toujours en 2008, au sein du même article paru sur Auracan.com où nous vantions les qualités du premier album de Briac, nous soulignions alors un gros point noir… « Seul bémol : les lettrages ont malheureusement parfois tendance à devenir brouillons. Mais c’est bien là le seul défaut que nous puissions trouver à cet album fort séduisant. » Grâce à cette nouvelle édition, enrichie de planches inédites, totalement inattendues et bienvenues, et revisitée par l’efficace travail de lettrage de Philippe Marlu, Armen renaît en devenant Armen 43 (titre initial du projet) et confirme Briac comme l’un des plus grands peintres-dessinateurs de Bretagne !

Brieg Haslé-Le Gall

Historien du 9e art


Patrice Pellerin & Jean-Yves Guillaume

Rencontres en mer d'Iroise

© Pellerin - Guillaume / Locus Solus 2021
© Pellerin - Guillaume / Locus Solus 2021

Un livre de Patrick Péron

et Christophe Rivallain

 

Préface de Brieg Haslé-Le Gall

 

Éditions Locus Solus

Juin 2021



Depuis 2017, tous les deux ans durant l’été, la dynamique équipe de BD-Photo Moëlan propose un inattendu musée à ciel ouvert cheminant entre le bourg et la chapelle Saint-Philibert. Après l’improbable et touchante rencontre entre les disparus Michel Thersiquel et Bruno Le Floc’h, humanistes chantres du pays Bigouden, après un focus sur les frères François et Emmanuel Lepage, impertinents explorateurs des terres australes et antarctiques, la troisième édition de ces rencontres entre photographie et bande dessinée ose jeter des passerelles entre le 18e siècle de la saga d’aventures maritimes L’Épervier de Patrice Pellerin et l’œuvre contemporaine du photographe brestois Jean-Yves Guillaume.

 

De son objectif souvent furtif et toujours pertinent, le photographe, installé à Brest depuis 1976, n’a de cesse de mettre en boîte la ville du Ponant, sa région et les cinq départements bretons, comme l’illustre l’ouvrage Bretagne (éd. Ouest-France) qu’il a publié en mars 2020 avec la complicité de l’écrivain morbihannais Daniel Cario. Pour sa part, le Brestois Patrice Pellerin, après avoir enluminé deux tomes de la fameuse série pirate Barbe-Rouge avec le célèbre scénariste Jean-Michel Charlier, se consacre depuis le début des années 1990 aux aventureuses péripéties de son héros Yann de Kermeur, alias le corsaire l’Épervier qui vit à l’époque de Louis XV. Avec un incroyable souci du détail vrai, se documentant aux meilleures sources, Pellerin fait œuvre archéologique en ses passionnants récits dessinés.

 

En confrontant cases extraites des tomes de la série L’Épervier et photographies modernes de Brest et de ses fêtes maritimes, une étonnante résonance naît de ces rencontres en mer d’Iroise, de cette mise en parallèle des univers graphique et photographique de Patrice Pellerin et de Jean-Yves Guillaume. Il ne nous reste plus qu’à embarquer à bord de cette traversée imagée, en compagnie de ces deux créateurs aux regards acérés et affûtés...

Brieg Haslé-Le Gall

Historien de l'art